2010/11/04

Une réflexion


La fermeture du Donjon Henri-Bourassa doublée par l’expression d’un mécontentement face à un magasin de la région de Montréal, a soulevée une certaine polémique sur la relation entre les wargamers et les fournisseurs locaux.

Depuis longtemps, les propriétaires de magasins locaux travaillent fort pour fidéliser leur clientèle, se distinguer des autres magasins déjà nombreux dans la région et pour obtenir un chiffre d’affaires souvent juste assez suffisant pour atteindre une marge de profit raisonnable.

Avec les années, le marché du wargaming a évolué. Internet est rentré dans le décor avec des sites accessibles comme eBay ou GC-Minis.com. Sans difficulté, les consommateurs se sont tournés vers ces sites pour obtenir leurs figurines à un meilleur prix, surtout devant la flambée des prix que des compagnies comme Games Workshop ont appliquées sur leurs lignes de produits.

Club Chaos ne fait pas exception. L’attrait de eBay est indéniable et tous les membres du Club ont profité d’occasions en or pour garnir leurs armées. À une époque, des membres du Club se sont même lancés en affaires sur eBay.

Donc, cette accessibilité, appuyée par un dollar canadien très profitable, a carrément grugé les revenus des magasins locaux, et cette menace est maintenant bien présente et durable. Il faut être honnête : la fermeture de magasins comme le Donjon n’est pas dû à une concurrence saine entre les magasins locaux… mais elle est plutôt symptomatique de « l’évasion » de nos achats vers des sites internet.


C’est pour cela qu’avec raison, certains magasins se sont éloignés de la communauté de wargamers. L’argent est ailleurs. Pensez à Magic où la base de joueurs, un peu plus jeune, ne s’est pas (encore) approchée massivement de eBay et dépense allègement leur allocation pour des achats plus rapides, plus exécutifs. Très rentables, les jeux de cartes à collectionner et les jeux de société sont devenus les produits de prédilection pour plusieurs magasins.

Ça s’est fait évidemment au détriment des wargamers qui ont vu le nombre d’événements organisés en magasin en baisse. Plus récemment, on a vu des magasins exiger un abonnement annuel, et/ou un coût d’entrée à leur salle de jeu. Utiliser gratuitement les tables de décors des magasins était tout simplement perçu comme un acquis pour les wargamers. C’est en quelque sorte un choc de voir le changement de cette prémisse.

D’un autre point de vu, c’était sûrement aussi un choc pour le propriétaire de magasin de voir son client régulier arriver avec des modèles qu’il n’avait pas acheté dans son magasin. On peut comprendre le certain niveau de frustration des propriétaires devant cette situation.

Club Chaos reconnaît que la santé financière des magasins locaux est essentielle pour tenir soudée la communauté de wargamers. Par exemple, la mini-convention que sera Chaosludik se veut un point de rassemblement pour les wargamers, pour le temps d’une journée, et nous sommes conscients que cet événement ne sera pas possible sans l’apport des magasins locaux.

C'est pour cela que les membres de Club Chaos s'engagent à encourager les magasins locaux et à prioriser leurs achats dans ces magasins avant de considérer recourir aux ressources internet.

Nous croyons qu'en procédant ainsi nous allons contribuer positivement à la santé financière des magasins locaux et qu'à court, moyen et long termes, ce sera au bénéfice de la communauté du wargaming à Montréal et aux alentours car, si nos magasins locaux préférés sont en santé financière, il demeureront de plaisant lieux de rencontre.

Club Chaos vous invite à partager votre opinion sur ce sujet.

7 commentaires:

Stormwrath a dit...

Bonne réflexion. Il est toujours préférable de consommer localement. Je partage mes achats entre le Grimoire et le Games Vault dont je suis membre depuis peu. Le Valet et le Carta ne sont plus sur ma liste d'achat depuis des années car ils ne s'intéressent pas au wargames traditionnels. Ils font seulement les vendres.

Il faut toutefois ajouter qu'il y a trop de magasins de gaming à Montréal. Il serait préférable d'avoir 2 grands magasins, avec salle de jeux de 10 tables, qui se font concurence qu'une pléiade de petits magasins qui peine à survivre...

Maxime a dit...

Je ne suis pas d'accord avec ton dernier point : nous, les consommateurs seraient perdants. Il ne faut pas oublier que la concurrence des magasins font qu'ils se battent pour nous avoir et cela joue sur les prix (en ne tenant pas compte des magasins internet, évidemment, je parle seulement des magasins locaux).

En plus, avec seulement deux magasins, il y aurait un problème d'accessibilité. Montréal est une grande ville et juste deux magasins, ça ne serait vraiment pas beaucoup.

De là à dire "trop", je ne suis pas sûr : En effet, chacun a sa spécialité : Gamer's Vault offre du LAN avec de très bon ordinateurs, ce qu'aucun autre magasin de gaming offre à ma connaissance et supporte Privateer Press beaucoup plus que Games Workshop.

Le Carta Magica se spécialise dans les cartes (Magic et Yugioh prinicipalement et quelques autres jeux de société) et le Valet fait la même chose mais est plus spécialisé que le Carta dans les jeux de société.

Je ne connais pas les deux nouveaux magasins mais je peux dire que Chez Geek va avoir une clientèle à la base car ça fait des années qu'il n'y a pas de magasin de gaming dans ce coin-là (le dernier étant le Donjon Maisonneuve) et je suis sûr qu'ils auront leur clientèle (juste le comité de Jeux de rôle du Vieux Dragon et comité de Manga du cégep du Vieux-Montréal)

et Gamer's Keepers dit vouloir être "LE vendeur de Games Workshop à Montréal" et ils désserviront un coin qui n'aurait pas de gaming autrement.

En plus, juste une salle de jeux avec 10 tables, si tout le monde de gaming se rammasse à la même place au même moment, ça ne serait pas drôle.

J'aime mieux avoir plein de petits magasins qui ont peine à survivre que seulement deux qui auraient autant de peine à survivre... s'il y en plus, il y en plus qui survivent...

Stormwrath a dit...

Présentement à Montréal pour les figurines il y a:

Grimoire : 2 tables (trois en poussant)
Gamers Vault : 5 tables (+5 possible)
Chez Geeks 3 tables (à venir)
Gamer Keeper : 5 tables
----
Total : 10 à 16 tables dans 4 magasins. Un vrai cirque de logistique quand vient le temps de prévoir un match avec un ami.

Autrefois il y avait les deux Donjons et c'était parfait. La Valet avait même pas de table. Le carta suit sa propre vision des affaires en écartant les wargamers et je les respecte. Hyperborea était un magasin de carte et de figurines collectionables.



Deux magasins de 10 tables un total de 20 tables dans deux endroits. Un a l'est et l'autre à l'ouest. Le Gamers à l'ouest est parfait. Il manque 1 grand magasin de wargames dans l'est.

Quel compétition? C'est dépassé. Le prix fait pas l'affaire du consommateur il achète sur internet.

Yaumasta a dit...

Bravo Storm d'acheter localement. Ca prend certainement une motivation, voir une discipline particulière puisque les prix sont définitivement meilleurs en ligne. Toutefois, ca fait du bien à la communauté et ca donne bonne conscience. Moi, entk, j'dors ben !

Notre décision, en tant que Club, est donc relativement stupide en ce qui a trait à notre portefeuille (à court terme), mais espérons que cela portera fruit à long terme sur la scène locale :). Ah, si seulement plusieurs pouvait faire de même, cela pourrait ralentir la perte de nos salles de jeux et de nos magasins !

En ce qui me concerne, j'ai le "malheur" de faire affaire avec plusieurs magasins de la ville. Donc en bout de ligne, j'encourage un peu partout, mais de peu à la fois (sans compter que j'investis très peu en de figurines neuves ces derniers mois).

- Yaum

Stormwrath a dit...

Merci!

Je précise ma pensée sur le nombre de magasin : La framentation du marché en plusieurs petits magasins empêche chacun d'eux de tenir un grand inventaire. Présentement il y a trop d'offre pour la demande alors les proprio commande le stricte minimum dans chaque jeux. Il faut faire des commandes spéciales et attendre si on veut des unités spécailisés. Alors les magasins perdent leur avantage sur l'internet. Tant qu'à attendre aussi bien commander en ligne et avoir un meilleur prix... C'est un cercle vicieux dont il est difficile de se sortir.

Papa Guillaume a dit...

Pour avoir fait la comptabilité du Grimoire pendant un certain temps, je peux te dire que les magasins ne gagnent rien à acheter en volume. Par exemple, le Grimoire a un bon inventaire de stock GW, mais il n'a jamais reçu de rabais de volume.

Il doit s'en tenir à payer le prix exigé par GW, y ajouter son markup (souvent en ligne avec le retail price de GW) et vivre avec ce profit. Toutes ses initiatives pour mousser les ventes (cartes de fidélité par exemple) viennent directement gruger dans son profit.

L'autre alternative, c'est changer de distributeur, souvent pour un américain, et là, c'est pas nécessairement mieux, parce qu'il est souvent pogné pour gérer des frais de transports additionnels et l'impact du taux de change.

C'est vrai que la tarte montréalaise est pas grosse... et plusieurs magasins doivent se partager une pointe de plus en plus petite.

Ce cercle vicieux, il ne doit pas devenir la norme généralement acceptée. Si on veut une communauté bien soudée, ça passe par les magasins qui organisent des événements et des gamers qui sortent de leur sous-sol.

À quoi ça sert d'avoir de la concurrence entre les magasins, s'il n'y a même pas de marché d'acheteurs ?

Leto2 a dit...

My name is LetoII and I approve this message.